🗣️ Les arbres et les végétaux communiquent entre eux, discutent, échangent une foule d’informations à longueur de temps à l’aide de ce qu’on appelles les COV. Incroyable, n’est-ce pas ? 😯 Et pourtant, la communication entre les plantes est une thématique bien sérieuse et traitée aujourd’hui par de nombreux laboratoires et scientifiques. Aujourd’hui, on vous en explique les rouages et comment les forêts peuvent faire tomber la pluie. 🤔 💦

Les COV, kézako ?

Les arbres et les végétaux agissent comme des mèches qui envoient des tonnes de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Et ils sont aussi capables d’attirer la pluie sur eux. Mais comment, êtes-vous sûrement en train de vous demander ? Grâce aux COV.

Ce terme veut dire Composés Organiques Volatiles (VOC en anglais pour Volatile Organical Compound). Ces molécules sont volatiles, et donc se répandent dans l’atmosphère, on peut les sentir. Elles sont également spécifiques à chaque espèce d’arbre qui possède la sienne.

Quand une forêt souffre du manque d’eau, elle émet alors des COV. Un grand nuage se forme alors à la place du ciel bleu. L’atmosphère peut être saturée d’humidité, il peut ne pas pleuvoir s’il n’y a pas de ‘germe’ pour la pluie. On sait désormais que ce sont ces molécules de COV qui servent de ‘germe’ à la pluie. Les molécules d’eau s’agglomèrent sur les COV, de plus en plus nombreuses. Il se forme des gouttelettes, puis des gouttes, qui finissent par tomber.

La communication par les COV

Nous avons maintenant d’innombrables exemples de communication par ces molécules de COV.

Si l’on revient à la sexualité des plantes, nous savons que les partenaires sexuels sont immobiles et parfois situés à des kilomètres de distance. De ce fait, ils embauchent alors des animaux pour les assister, à l’aide des COV. Le sens de ces émissions de molécules est clair : “Viens me voir, il y a quelque chose à manger pour toi dans mes fleurs.” L’animal vient se nourrir du nectar de la fleur et permet la pollinisation. Après cela, l’animal ne doit pas intervenir, tant que le fruit n’est pas mûr, les graines ne le sont pas non plus, il ne faut pas y toucher. D’ailleurs, le fruit est vert, souvent très amer, couvert d’épines et pas du tout tentant pour l’animal.

Quand le fruit est mûr, la plante a de nouveau besoin de l’animal pour disperser ses graines. Celui-ci vient alors manger les fruits, les graines, et ira les disperser dans toute la région par ses excréments.

La communication entre les plantes et les animaux est aujourd’hui un thème scientifique majeur dont beaucoup de laboratoires s’occupent désormais.

Pour découvrir en images comment fonctionnent les COV en compagnie du botaniste Francis Hallé, c’est juste ici ! 👇

Laisse un commentaire pour nous dire ce que tu as pensé de cet article ! 😉

Et pour en savoir plus sur les caractéristiques particulières de la forêt, c’est par ici ou !

Découvre la 1ère formation en ligne pour

Créer des forêts natives

selon la méthode Miyawaki
Je découvre !